» Les Newsletters du Blog des Liens Sponsorisés (http://newsletterliensponsorises.zeblog.com/)

Newsletter Numéro 1 : Bilan du marché de la publicité en ligne

Par Estelle Schomann :: 27/08/2007 à 13:41

Grâce à vous et à votre intérêt, voici la première Newsletter des Liens Sponsorisés. Je remercie tout ceux qui s'y sont inscrits via le blog des Liens Sponsorisés. Comme convenu, cette newsletter sera une synthèse de tous les articles parus : elle fera l'état des lieux du marché de l'e-publicité. Exceptionnellement, et parce que c'est la première, cette synthèse reprendra les données fournies sur les deux mois estivaux ! Bonne lecture !

 

Les différentes sources utilises sont celles publiées par le JDN, l’IAB France, Nielsen//NetRatings, l'Ascel, TNS, le SRI (Syndicat des Régies Internet) et Atlas Institut. A celle-ci sont ajoutées des interviews d'experts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le marché de l’e-publicité

 

Internet, média de masse

Internet représente aujourd’hui 10,8% du marché publicitaire français. Le marché de l’e-pub devrait rapidement dépasser ceux de la radio et de la publicité extérieure et se faufiler à la 3e place des médias français (juste après la presse et la télévision) ! La forte tendance publicitaire est au mix Internet/Télévision.

Le marché e-pub français et sa position européenne

Le marché publicitaire Internet français évolue constamment ; les investissements annonceurs ne cessent d’augmenter. En janvier 2007, il s’évaluait à 141 millions d’euros ; en juin les investissements sont montés à 260 millions d’euros…
La France se positionne en troisième position du marché de l'e-pub européen. Dans le secteur du voyage (le secteur le plus fort du marché), elle reste le premier pays support de campagnes e-publicitaires (en nombre de créations diffusées).
Enfin, la France occupe le deuxième rang du marché du tourisme en ligne (en CA) juste derrière le Royaume Uni.

Les annonceur e-pub français

Les annonceurs sont de plus en plus nombreux. Sur le 1er semestre 2007, le TNS en compte 2 433 (soit une évolution de 58% par rapport à 2006). Le média Internet est de plus en plus ouvert aux PME.
Même s’ils ils sont en stagnation, les secteurs des télécommunications et du tourisme/voyages sont toujours ceux qui investissent le plus dans le média Internet. Le secteur du Tourisme/voyage tend à montrer des signes de maturité : le nombre de créations e-pub total ainsi que celui du nombre d’annonceurs sont stables sur la dernière année.
Les secteurs de la distribution et de la beauté sont désormais les secteurs les plus dynamiques (en investissements et en nombre de créations).

Le Top des annonceurs : SNCF, Ebay, France Telecom, Switch Voyages, CDiscount, Renault, La Redoute, Bouygues Telecom, SFR, HP.

Jean-philippe Pfeiffer, clickintext :

 « Les chiffres de croissance du marché de l'e-pub dans le monde sont éloquents. De nouveaux acteurs arrivent et tentent de prendre des parts de marché à l'incontournable Google. Chacun y va de sa plateforme supposée révolutionnaire pour attirer le client. Je pense qu'il y a un vrai potentiel pour les régies qui se présentent comme de véritables alternatives à Google Adsense. Nous allons devoir faire preuve d'innovation dans nos formats pour réussir à tirer notre épingle de jeu. C'est un challenge qui ne manque pas d'intéret. »

L’e-commerce et les moteurs de recherche

Entre décembre 2006 et mai 2007, 59% des internautes déclarent avoir acheté, commandé ou réservé une prestation de voyages sur Internet. 63 % des internautes ont déjà effectué un achat en ligne et déclarent avoir confiance dans l'achat en ligne. On constate une croissance de 22% des cyberacheteurs en un an. Enfin, les internautes âgés de 35 à 49 ans sont les plus nombreux à acheter en ligne.

50 % des requêtes des internautes sur les moteurs de recherche sont de nature commerciale. Les secteurs les plus importants en terme d’intentions d’achats sont les suivants :
-culture et loisirs : 18% des requêtes
-voyages et tourisme : 14% des requêtes
-informatique : 14% des requêtes
-services (financiers, professionnels, etc.) : 11% des requêtes
-rencontre et astrologie: 9% des requêtes
.

Le marché des liens sponsorisés

En 2006, les liens promotionnels ont capté env. 40 % des dépenses publicitaires sur Internet pour atteindre 6,799 milliards de dollars.
Les budgets Annonceurs sur Google, Yahoo, Msn ou Orange sont supérieurs à la moyenne : on les estime à 607 000 euros (contre 490 000 euros en moyenne).


Olivier Andrieu, Abondance « Le marché du lien sponsorisé se porte bien mais il reste fragile à mon avis. Tout dépendra, selon moi, de la façon dont les prestataires vont gérer ce marché :
- Les prestataires de liens sponsorisés devront faire des efforts encore et encore pour éviter toute fraude au clic et cybersquatting (par exemple, le fait que l'internaute voit s'afficher des publicités pour de la contrefaçon lorsqu'il demande une marque...).
- Les outils de recherche devront clairement démarquer ce qui est publicité de ce qui est "organique" dans leur résultats. L'approche actuelle de Free, par exemple, est typiquement ce qu'il ne faut pas faire à mon avis... »

Rappelons que si l’on utilise de manière complémentaire bannières et liens sponsorisés, les taux de conversion étaient 22 % plus élevés qu'en utilisant uniquement le search marketing.
Enfin, il est important de diversifier ses supports e-publicitaires : L'étude de Atlas Institut a montré que les consommateurs américains ayant vu une même publicité en ligne sur plusieurs sites sont plus enclins à acheter en ligne ou à remplir un formulaire pour demander un contact ultérieur ou recevoir des informations de l'annonceur.

Le marché du Référencement


Olivier Andrieu : « La situation du marché du référencement me semble tout sauf oligopolistique. Il existe un nombre considérable d'acteurs, de sociétés de référencement, mais leur taille est très souvent très petite. Il existe en fait plusieurs marchés du référencement, depuis l'"industriel" qui développent des outils destinés à des gros sites web / gros budgets, jusqu'à l' "artisan" (terme noble dans mon esprit) qui va gérer quelques clients, notamment en termes de conseils pertinents pour optimiser leur site... »

« Depuis que je m'intéresse au sujet, soit plus de 10 ans, les techniques de référencement n'ont pas été réellement révolutionnées et, quelque part, tout le monde travaille de la même façon sur le fond. (…) Le netlinking fonctionne très bien s'il est fait de façon intelligente, avec des sites web issus du même univers sémantique et "triés sur le volet"... Disons que le référencement évolue dans le bon sens, que c'est justement aujourd’hui une affaire de "bon sens" et que la seule façon d'obtenir des résultats pérennes et fiables est d'optimiser ses pages web sans "suroptimsier" et sans passer par des "rustines" de type pages satellite, alias, fantômes et autres... »